Mon compte  |  Voir panier  |  Commander   
Accueil du site > MSM Éditions > Lettre d’information > L’Écho des Sites n°4 - janvier 2007

L’Écho des Sites n°4 - janvier 2007

L’Écho des Sites est la lettre mensuelle d’informations, adressée à tous les visiteurs du site internet de MSM, qui s’y abonnent. Elle traite des découvertes récentes, mais aussi des manifestations, relatives aux domaines de la Science, de l’Histoire, de l’Art, de l’Archéologie, de la Paléontologie, traités dans nos ouvrages et dans nos DVD. Nos clients sites (musées, châteaux, abbayes, grottes…) peuvent demander d’y insérer des annonces (par exemple d’événements ou expositions qu’ils organisent) ou des informations les concernant.

Il y a 800 ans, l’assassinat du légat du pape, Pierre de Castelnau

Devant les progrès de l’hérésie cathare en Languedoc le pape Innocent III envoie dans les Corbières, en 1203, une légation formée de deux cisterciens de l’abbaye de Fontfroide : Pierre de Castelnau et frère Raoul. Fin 1204, devant les maigres résultats de son action, le premier demande à être relevé de ses fonctions au pape qui refuse. Au mois de mai 1207, le légat signifie à Raymond VI, comte de Toulouse, son excommunication et l’interdit jeté sur ses terres, pour différents motifs dont celui d’avoir protégé l’hérésie et refusé de sévir contre elle. En janvier 1208, Pierre de Castelnau et Raymond VI, qui veut faire lever son excommunication, se rencontrent à Saint-Gilles. La réunion tourne court. Le 14 janvier, le légat et sa suite, qui ont quitté Saint-Gilles, vont franchir le Rhône. Un homme du comte tue, d’un coup de lance, le légat. Raymond VI est suspecté d’être l’instigateur du meurtre et, le 10 mars 1208, Innocent III invite roi de France et seigneurs à intervenir militairement. Il déclare Raymond VI anathème et expose ses terres en proie. Pour échapper aux conséquences de la croisade contre les albigeois, Raymond VI n’a d’autre solution que de faire amende honorable. L’acte public de réconciliation a lieu à Saint-Gilles le 18 juin 1209. Pieds et torse nus, le comte se présente devant l’abbatiale. Il prête serment sur l’hostie puis pénètre dans la nef, fouetté à coups de verge par Milon, le nouveau légat pontifical. La foule qui se presse sur le parvis est tellement dense qu’il doit sortir par la crypte et passer devant le tombeau de Pierre de Castelnau. Il rejoint alors l’ost qui, venant de Vienne, franchit le Rhône à Beaucaire et déferle sur le Languedoc. Son humiliation aura été vaine. Il sera à nouveau excommunié, en septembre 1209, et le restera jusqu’à sa mort en 1222. Avec son fils Raymond VII, qui meurt en 1249, s’éteint la dynastie des Saint-Gilles.

La façade de l’abbatiale de Saint-Gilles



Poster un message